La myrtille d’Alaska est un type de myrtille sauvage originaire d’Amérique du Nordqui, contrairement aux baies cultivées, pousse sur des buissons étonnamment bas. Ils poussent naturellement dans le même sol depuis plus de 10 000 ans, ce qui les rend très spéciaux.

Comme elle est très périssable, la myrtille, dans ses nombreuses variétés, ne peut pas être expédiée fraîche, donc sont congelés à l’apogée de leur fraîcheur. Ainsi, vous pouvez profiter de cette baie toute l’année. Sinon, vous ne pourriez manger des myrtilles sauvages que pendant les mois de juillet et août, qui sont la saison de la récolte.

Une tasse de myrtilles sauvages fournit environ 6 grammes de fibres, un chiffre impressionnant qui fait de ces baies un grand allié du transit intestinal. Il contient également du fer, du zinc et moins de sucre que les myrtilles cultivées. Au total, une tasse se traduit par environ 80 calories, ce qui est très peu.

De couleur bleu-noir, les myrtilles sauvages surpassent également les myrtilles cultivées dans le domaine des antioxydants. On estime qu’ils ont presque deux fois plus de flavonoïdes -Les myrtilles sont plus efficaces que les myrtilles en culture. La canneberge, la fraise, la mûre et la grenade sont également à la traîne lorsqu’il s’agit d’aider à ralentir le vieillissement des cellules.

L’inclusion de n’importe quel type de baie dans le régime alimentaire contribue à prévenir les maladies cardiaques, la dégénérescence maculaire, le diabète et certains types de cancer en raison de sa effet anti-inflammatoireCela est particulièrement vrai pour la myrtille d’Alaska, qui pousse du sud-est de l’Alaska au nord de l’Oregon.